lien vers Scolinfo
site web Don Bosco Bailleul

Accueil > Lycée Sainte Marie > Le lycée dans la presse > Benoît Flahaut a tourné la page « Quanta » pour devenir enseignant (...)
rubriques Bailleul
 

Benoît Flahaut a tourné la page « Quanta » pour devenir enseignant !

 

Après quatorze années à la tête de l’estaminet Quanta, à Villeneuve-d’Ascq, le Godewaersveldois Benoît Flahaut ouvre une nouvelle page de sa vie. Toujours aux fourneaux, c’est cette fois à des élèves qu’il va dispenser ses consignes et conseils. Depuis quinze jours, il fait ses tout premiers pas comme enseignant au lycée Sainte-Marie de Bailleul !
Benoît Flahaut dispense désormais ses conseils à Bailleul, au lycée Sainte-Marie.

Il risque de faire des envieux, lui pour qui les longs trajets quotidiens pour rejoindre l’agglomération lilloise, par l’A25, font désormais partie du passé ! Benoît Flahaut, ce Godewaersveldois dont les talents de cuisinier ont été maintes fois primés, a saisi une double opportunité de se rapprocher de chez lui et d’ouvrir une nouvelle page de sa vie professionnelle. « J’avais besoin de quelque chose de nouveau . Et puis, l’A25 a eu raison de moi… », dit-il.

Le cuistot vient de rendre son tablier du Quanta, ce restaurant de Villeneuve-d’Ascq qu’il a créé il y a près de quinze ans et dans lequel il employait des travailleurs handicapés. Pendant que Jonathan Lutun, son second, en reprend les rênes, Benoît Flahaut a choisi, lui, de poursuivre son bout de chemin à Bailleul. Un retour aux sources pour ce Bailleulois d’origine qui avoue n’y avoir « plus trop mis les pieds depuis quinze ans ». Exception faite, évidemment, du carnaval, où il tient toujours les premiers rôles aux côtés du docteur Piccolissimo.

Retour aux sources

Et c’est donc au lycée Sainte-Marie que nous l’avons retrouvé cette semaine, dans son nouveau rôle d’enseignant. Pas tellement dépaysé pour autant. « Au Quanta, j’étais une sorte de moniteur-chef, c’est un peu cousin, observe-t-il. L’objectif, c’est toujours de transmettre. » Ils sont une dizaine, ce jour-là, de « grands » élèves à glaner ses conseils. L’heure est à la confection d’une pâte feuilletée.

À l’autre bout de la cuisine, Jacky Leflon apprécie la scène. Pendant quelques mois encore, le jeune retraité, qui a occupé le poste pendant plus de vingt ans, accompagnera Benoît Flahaut, pour une transition en douceur. « On voit qu’il a l’habitude, déjà, de gérer une équipe. Je connais la personne, je l’ai vu travailler, j’ai confiance. Je pars rassuré », sourit-il.

Les deux hommes s’apprécient, ça se voit. Ils ont déjà travaillé ensemble, dans d’autres circonstances. D’ailleurs, des visages familiers, Benoît Flahaut en a repéré d’autres, dans ce lycée qu’il connaît bien. Des anciens profs, du temps où il était élève.

Car c’est là, au lycée Sainte-Marie, que le jeune Benoît a fait ses premières armes en cuisine. « J’y suis entré en 1992, j’y ai fait mes premiers stages, mes premiers pas dans l’entreprise. » Il y a vécu les premières rencontres importantes. « Le souvenir d’un super prof, Paul-Marie Rolos, qui m’a toujours suivi. » Qui est devenu un ami, le parrain de son fils.

C’est là, aussi, que sont apparues les prémices d’une belle carrière. « Après le lycée, j’ai travaillé en cuisine tout de suite. J’ai appris la rapidité dans des brasseries, la quantité dans des collectivités, les techniques de base dans des restaurants gastronomiques… »

Aujourd’hui, Benoît Flahaut, véritable bête à concours, collectionne les récompenses. Cette année encore, il compte bien en briguer une nouvelle, et pas la moindre : le titre de « meilleur ouvrier de France ». La plus belle des étoiles à ses yeux.

Le concours du meilleur ouvrier de France

Il n’a lieu que tous les quatre ans. Hyper sélectif. « Nous sommes 960 candidats à nous présenter », indique Benoît Flahaut, qui brigue le titre pour la première fois de sa carrière. Ils ne seront qu’une poignée à le décrocher.

La première étape aura lieu le 6 mai. Le Godewaersveldois est convoqué à Paris, à 6 h 30, pour une épreuve pratique de quinze minutes et un questionnaire à choix multiples de soixante questions. Un an qu’il y pense, six mois qu’il révise. C’est un vrai défi qu’il se lance. « Je n’avait jamais osé m’inscrire, c’est l’élite de la cuisine française. » Un titre synonyme de Graal pour ceux qui y prétendent.

rubriques bailleul
Lycée Professionnel Privé Sainte Marie - 2, rue Émile Hié - 59270 Bailleul - Tél. 03 28 509 500 - Fax : 03 28 490 215 - Mentions légales - Contacts
Créa : imedia