lien vers Scolinfo
site web Don Bosco Bailleul

Accueil > Lycée Sainte Marie > Actu/Agenda > SAINTE MARIE À L’HEURE JAPONAISE
rubriques Bailleul
 

SAINTE MARIE À L’HEURE JAPONAISE

 

Durant près de 3 heures, Monsieur David Benoit de l’association Afuji (association franco-japonaise), avec simplicité et enthousiasme, est entré dans la peau du professeur d’Arts appliqués, au sein de classes d’emblée conquises par le sujet traité. Bien loin d’une conférence magistrale et grandiloquente, les élèves ont pu assister à un véritable cours didactique, pédagogique et interactif.

Doit-on rappeler que le manga est une bande dessinée japonaise mais que le mot manga est souvent utilisé de façon impropre pour désigner par extension une bande dessinée non japonaise respectant les codes de ces productions japonaises. Les élèves du LPP Sainte Marie ont pu compléter leurs connaissances notamment sur l’origine du mot manga. Celui-ci peut être littéralement traduit par « image dérisoire » ou « dessin non abouti ». Nous apprenons aussi que le mot « man » signifie « involontaire, divertissant, exagéré » et peut être interprété comme caricature.

Monsieur Benoit démarre son intervention par un historique du manga. Ainsi, nous apprenons qu’en 1814, le grand peintre japonais Hokusaï, célèbre pour sa vague, nomme les images qu’il a commencées à dessiner « okusaï manga ». C’est ce dernier ouvrage qui a fait connaître le mot manga à l’Occident. La séance se poursuit ensuite sur l’empreinte sociologique du manga au Japon. Les élèves ont donc pu mesurer l’impact de celui-ci dans la société japonaise et ce qu’il représente en terme de volume : en 2005-2006, le chiffre d’affaires réalisé par les mangas est égal au chiffre d’affaires de tous les livres vendus en France.

Monsieur Benoit a continué avec des projections de différents mangas ; ainsi, en interaction avec les élèves, il a pu mettre en évidence le vocabulaire et les valeurs portées par ceux-ci. Les différentes catégories de mangas existants actuellement ont pu être identifiées.
Monsieur Benoit achève son intervention par une analyse des dessins produits préalablement par les élèves. Une critique constructive s’opère alors avec la participation de ceux-ci.
Mais, comment expliquer aujourd’hui, le phénomène grandissant du manga ? Même si la génération des babyboomers français a lu la bande dessinée franco-belge durant sa jeunesse et son adolescence, la génération suivante a trouvé ces mêmes bandes dessinées trop élitistes. Et par souci de contestation, elle s’est jetée sur le manga qui a pour vocation d’ être un produit plus global. Celui-ci propose des séries propres à intéresser des clientèles très diverses par l’âge, le sexe et les goûts.

Cette intervention a été possible grâce au partenariat entre Madame Behague, responsable de la Bibliothèque Municipale de Bailleul et le lycée Sainte Marie. Ces rencontres ont permis aux élèves d’approfondir leurs connaissances sur la méthode d’élaboration du manga ainsi que sur son ancrage culturel au Japon, puis maintenant en France.

Philippe Duez et Dominique Dubus

Sources :
Intervention de Monsieur David Benoit
Jean-Marie Bouissou, historien, spécialiste du Japon

rubriques bailleul
Lycée Professionnel Privé Sainte Marie - 2, rue Émile Hié - 59270 Bailleul - Tél. 03 28 509 500 - Fax : 03 28 490 215 - Mentions légales - Contacts
Créa : imedia